Beyond the dirty old métro : discovering the Parisian underground

Tiny white and green trains, endless corridors and a lot, a lot, of people. Welcome into Paris’ metropolitan network. “The first memory I have of it is the smell” explains Sabine, a 25 year old History student at Nanterre University “I was sixteen when I first took the metro here. It’s definitely not a very pleasant memory”. Used every day by more than 4.5 million people, the Parisian underground is just a port of call for most of its users. Sabine grew up in Bourgogne, a French region famous for its wine and she came three years ago to live in Paris for her studies. “Now, I realise that the metro is not just crowds, dirt and noise” she admits “while it is still not my favourite means of transport, I kind of like it now. I love how unexpected it can be”.

Carriages and top hats”. Most people have forgotten that the metro is itself a little miracle and it is not as bad as most of the Parisians would describe it. “It works well most of the time, it is fast and relatively clean” says Sabine “You can reach any place in Paris in less than 45 minutes. Isn’t that amazing?”. Useful? Yes. But it is also an incredible piece of industrial and artistic masterwork. As Julian Pepinstere, the president of ADEMAS, an association that organises tours of the metro explains “there is something unbelievable about the metro, it was created in the 19th century and 120 years later we are still using it”.

Julian is working for the RATP, the public company that operates the Parisian underground and he is passionate about the metro. “The carriages, the top hats and the monocles are not there anymore but the metro is still here” he says “it is constantly evolving and at the same time manages to make infrastructures from the beginning of the XXth century work for us”. His interest about the metro began when he was 8. “I was lucky enough to get in the cabin with the conductor” he recalls “the metro always fascinated me. From a kid’s passion it became an adult obsession”. A passion that lead him to work for the RATP. “The metro is like a living, breathing museum. Or like a good bottle of wine that’s just keep getting better with age” he says.

Copper. The Parisian metropolitan system was inaugurated in July 1900 during the World Fair. Its architecture was influenced by the Art Déco movement and had become one of the symbol of the French capital. But behind the cliché there is a lot to discover about the 16 lines and the 245 stations that forms the metropolitan. It might not seem like it, but taking the metro is actually a great way to discover the city. “Most of the route of the lines number 2 and 6 are outdoor. If you are visiting the city you should definitely take them” suggests Sabine “the view of the Eiffel Tower when the 6 is crossing the Seine is really beautiful”.

While you are wandering around you might even discover hidden gems. Like for example the Arts et Métiers station, where the walls are covered in copper in an homage to the Arts and Crafts museum located nearby. Some of the stations have a theme, like the Louvre station, but it is up to you to discover which ones. So, you want to know everything about the Parisian underground? You have two options. One is legal, the other, well, not so much.

Old trains. Once a month the ADEMAS association meets near Paris biggest metro station, Les Halles, for a four hour tour in the metro. With 30 others people, you will be able to discover the history and the way the metro works. “For each tour there is two speakers” explains Julian “the goal is to show what people don’t see everyday, and we even go where the public is not allowed”. For example, closed stations and even an air raid shelter from the 30’s. And for once, you will be taking the metro to go nowhere and to learn, for example, that the lines 12 and 13 were built by a different company than the others and that is why the station designs are different. “After those four hours you’ll know more about the Parisian underground than any RATP employee” advertises Julian.

ADEMAS used to organise tour of the metro during the night. “We were using old vehicles from the 40’s” remembers Julian, “but we had to stop those after a minor incident”. Apparently a fire started in one of the wagon and the RATP decided not to allow the association to use the tracks at night. The old trains can still be seen at Versailles, were the association stores them, and once a year they take them out for a ride in May. “It is always a big success” says Julian.

Illegal adventures. While for most people, the four hour tour might be enough, some decided to take a more radical approach in order to discover the metro. Much like those who are partying in the catacombs at night time, some decided to go into the underground at night to discover it by themselves. And most of their adventures are available online for all to see. The website sleepycity.net is used by those “night walkers” to tell their adventures in the metro. You will learn how they went in by using old canalisation pipes, how you should be really careful when you walk on the tracks because you risk death by electrocution or worst, to be hit by a train, how the Parisian underground can be a really beautiful place, and also how to avoid… security guards.

As you might have guessed going into the metro at night is perfectly illegal. The RATP has not much to say about the subject. “Circulation on metro tracks is strictly forbidden, during daytime and nighttime, for obvious security reasons” explains an official of the public company “it is a criminal offence and the wrongdoer will be sent to a police officer. Just like any other railway company, the RATP does not tolerate any incursion on its tracks”. Scared? You should be. When it comes to breaking the law sometimes it is best to leave it to the professionals.

Madness”. And they definitely are professionals. At least in their field of, hum, work. Interested in a visit with those people ? It is going to be hard to get in touch with them. Most of them do not like the press and will test you if you want to discover the hidden parts of the metro. Most of them are untraceable and are hiding there true identity. One of them, Dsankt who describes himself like a “worldwide hobo”, express his love for Paris’ underground on sleepycity: “On my first trip to Paris I arrived into Gare du Nord and entered the dense maze that is the metro. Despite the crowds, the noise and the distinct odour of piss, I was in love. The kind of love which inspires one to risk life, limb and deportation to get up close and personal”.

Anonymously, he published several blog notes and pictures about his trips in the underground. In a blogpost, Dsankt remembers being nervous when he first stayed after the metro was shut down. “We gingerly stepped down between the metal rails just off the end of a platform wondering what madness had possessed us to do so” he recalls “we’d never done Metro like this before and this scary new world was full of elements we didn’t understand at all”. What was a scary experience at first quickly became a game for Dsankt. While reading about his illegal trips in the metro, you will find yourself learning about how the underground works. And even more interesting, about the ghost stations.

Stations with no exit. Ghost stations of the Paris metro are stations that have been closed to the public and are no longer used in commercial service, conferring a sense of mystery to it. Some stations were constructed but never actually used, and today still lie inaccessible to the public, while others were designed but were never serviced by a metro line. Dsankt and his friends quickly decided they wanted to visit them all. “With time, we would conquer them all” he writes. Molitor, Arsenal, Saint Martin… All of those are stations that Parisians will never use. The strangest of them all is certainly Haxo. It lies on a unused connecting branch between the lines 3bis and 7bis. For Dsankt  “it is barely a station at all, in fact only one platform was built and only part of the platform is adorned with those gleaming white tiles”. Beautiful pictures are displayed on the website, so you can visualise the strangeness of a station that has no exit.

The work of Dsankt and his friend is an incredible proof that the unexpected and the adventure lies everywhere, even in what could be se as the most common or boring thing. While going by yourself in the metro at night might not be a good idea, you can still take a tour with Julian during the day. And feel like an adventurer at night, while reading Dsankt tales on his website.

Fabien Jannic

E-commerce, ce qui séduit les Français

Ils sont toujours plus nombreux à faire leurs achats en ligne, rien que l’année dernière, 57% des ménages ont passé commande sur un site de e-commerce.  Simplicité, choix, accessibilité, toutes les raisons sont bonnes. De quoi détourner les consommateurs du circuit de distribution traditionnel ?

Les Français, peuple 2.0 ? «C’est pratique et souvent moins cher», Léo un étudiant en droit de 27 ans ne manque pas de raisons pour faire ses achats en ligne. «J’ai du m’y mettre il y a 3-4 ans et depuis je commande beaucoup sur internet» explique-t-il. Et il est loin d’être le seul :  selon la Fédération du E-commerce et de la Vente à Distance (Fevad), 56% des ménages Français ont acheté quelque chose sur Internet en 2010. Certes, l’hexagone est encore loin derrière la Suède ou les Pays-Bas où respectivement 66% et 67% de la population avait fait au moins un achat sur un site de e-commerce en 2010. Mais comparé à un pays comme l’Espagne où les chiffres tombent à seulement 15% notre pays semble bien s’en tirer. D’ailleurs, entre 2006 et 2011, le montant des achats en ligne a presque triplé.

Accès sécurisé. Prix bas, possibilité de commander de chez soi, plus large choix de produits, les raisons pour les Français de passer le pas de la porte numérique ne manquent pas. L’une des raisons du succès du e-commerce ? Le taux d’équipement des ménages Français en constante augmentation. Nathalie Laîné, responsable de la communication de la Fevad pointe les efforts fait par le gouvernement avec «le tarif social mis en place par Eric Besson». Mais si l’accès à internet est une condition à l’achat en ligne, l’un n’engage pas obligatoirement à l’autre. En France 74% des ménages ont accès à internet pour seulement 57% qui achètent en ligne.

Les boutiques en ligne ont encore de la marge. Certains, comme Morgane, une étudiante de 21 ans, se montrent dubitatifs et pointent les limites du e-commerce. «Je ne trouve pas ça si pratique que ça» explique-t-elle «et puis j’ai l’impression qu’il y a toujours un risque». Et cela même si les statistiques lui disent le contraire. La Fevad a depuis longtemps compris ces idées reçues et cherche à les gommer. «La sécurité lors de l’achat en ligne est notre point de départ» insiste Nathalie Laîné «tout est fait pour que le consommateur soit à l’aise lors de son achat».

Boutiques. Si la sécurité est la base, elle ne suffit pas à expliquer l’engouement des Français pour Internet. Pour Antonin Chartier, co-fondateur de Jimmy Fairly, l’entreprise doit offrir plus que son équivalent dans la vraie vie. Parti du constat que les opticiens se faisaient une marge énorme sur les lunettes, le parisien a lancé il y a deux ans un opticien en ligne avec des montures «pas chères, originales et de bonne qualité».  Selon lui «un site de e-commerce doit absolument apporter du neuf et en faire plus qu’un magasin».

Chez Jimmy Fairly on propose aux clients des essais gratuits par la poste et un service client en or. De quoi compenser l’absence d’un réseau de boutique. Même si pour Antonin Chartier, les boutiques web peuvent difficilement se passer d’une présence physique. Jimmy Fairly  possède une boutique dans Paris et prévoit d’en ouvrir une autre rapidement. «Dans les 10 sites les plus visités il n’y a que 3 pure players, ce n’est pas un hasard» souligne-t-il.  Même son de cloche chez la Fevad : «Les deux canaux de ventes sont complémentaires» indique Nathalie Laîné «d’ailleurs la plupart des pure-players sont en train d’ouvrir des boutiques».

Consommateurs acteurs. Le modèle de vente traditionnel aurait-t-il finalement du bon ? Loin de le copier, internet réuni en fait le meilleur des deux modèles.  Le web transforme les consommateurs en acteurs. «Les gens repèrent leurs articles sur internet et vont l’acheter en boutique et vice-versa» analyse Nathalie Laîné. Léo confirme «j’utilise internet pour repérer le prix des billets de spectacles et je compare avec le prix en boutique». Les grandes chaînes l’ont d’ailleurs bien compris et ce n’est pas un mystère si la Fnac fait partie du trio de tête des sites de e-commerce les plus visités.

Le choix offert à chacun est démultiplié. «Je n’achète pas grand chose sur Internet à une exception prête, les billets de trains et d’avions» indique Morgane «le choix est plus clair et simplifié». Le web ne risque de toute façon pas de détrôner le circuit traditionnel de sitôt. «Je ne ferai jamais mes courses en ligne» indique Morgane «pour le reste, ça dépendra mais ça doit être simple».  Comptant pour seulement 5% des achats effectués en 2011, la marge de progression du e-commerce est immense.

Fabien Jannic

What if Scotland became independent?

Scotland - England Border

Scotland - England Border by monkeyatlarge on Twitter

What if Scotland became independent?With Salmond and Cameron fighting over the referendum on Scottish independence, the possibility of the two countries separating has never seemed so real. Now more than ever, one question is left to answer, if it was the case, what would happen?

“We need to hold a referendum on Scottish independence as soon as possible”. It was not Alex Salmond, the Scottish First Minister, who said those words, but the British Prime Minister, David Cameron. He announced a few weeks ago that he intended to hold a referendum in 2012, going against the Scottish National Party’s (SNP) plans to do it in 2014 or 2015. The SNP and the Conservative-Liberal Democratic coalition government in London are since then at odds over the timing of a referendum on i n dependence , what questions should be included in the ballot and who should be allowed to vote.

Scottish independence is a complex matter. It has been 305 years since Scotland and England signed the Act of Union Treaty, yet it has never seemed more likely that the two countries will separate. A recent YouGov poll showed that while 61% of the Scots where opposing independence, 39% were in favour of it. It might not seem like much, but it is a rise of 10 points in ten years. In Scotland, the SNP is hoping for more and more people to join the cause if they wait until 2014 to hold any referendum. Meanwhile in London, Westminster strategy is taking the opposite road, with Cameron insisting on holding a referendum as soon as possible. “Let’s get this over with, so we can maintain our country’s cohesion” he declared last week in the Touse of Commons.

Though David Cameron and Alex Salmond are expected to meet next week to talk about those issues, the ongoing battle is unlikely to find an answer soon. The media have been focusing on the issue of the referendum, but a greater question remains: what will happen if Scotland becomes independent ? Here are some answers on what might happen if the country decided to break the Union Treaty.

1 – What will happen to the Scottish economy?

Scotland’s economy has performed well in recent years, with consistent economic growth, a growing  population and relatively low unemployment rates. Edinburg is the fifth European financial centre and Scottish GDP per capita is the largest of any part of the United Kingdom af ter London. Opponents of independence argue that Scotland is economically stronger as a part of the UK economy. On the other hand, pro independence partisans are arguing that if countries such as Malta, Norway or Denmark can be prosperous, so could Scotland. Especially since the land posses oil and gas: according to the UK government, only half of the reserves of oil in the North Sea have been extracted so far, which means that there is still enough to support a population of just five million people.

Yet, the biggest issue an independent Scotland would face is money. It is now receiving money from the British government, and if Scots were to quit the United Kingdom, pro-unionists argue that the country would have a huge deficit between 6 billion and 11 billion pounds. But the main choice Scottish people would have to make is about keeping the British Pound, introduce the Euro, or create their own currency. Helped by the strong anti-EU feelings of British people, Westminster is explaining that Scotland would have to reapply to the European Union. Worse, the count ry would be forced to join the Eurozone, which is undergoing its biggest crisis ever. Alex Salmond argues that Scots could choose to keep the pound, but opponents are explaining that if it was to happen Scotland would have no power over the Bank of England.

2 – What about the role of Scotland on the international scene?

As the British newspaper The Independent points out in an online article, “many English people perceive Scots as as nation of sponging whingers”. Using that argument, the SNP argues that the relationship between the UK and Scotland would change very little and might even improve. The newspaper adds that “Independence would force Scots to stop blaming the English for all their ills and put a stop to southern resentment at « carrying » Scotland”. Also, « culturally, there would be little change as the Queen would remain as monarch, just as she does in other members of the Commonwealth, while Scotland has always had its own legal, educational and religious institutions ».

But for most, the future of an independent Scotland is firmly tied to the European Union. They argue that, as a member state of the EU, Scotland would have a bigger role in international affairs than now. Unionists warned that an independent Scotland might not be able to join the EU, but it seems very unlikely to happen. Overall, all agree on the fact that many countries share overseas embassies and there is no reason why Scotland and England couldn’t continue toco-operate.

3 – What would happen to the rest of the UK?

With only 5 million people, Scotland accounts for only 8% of the UK total population. England will always be the dominant force in the British Isles, but as The Independent explains, “without Scots revenues, it will have to adjust to a diminished role on the world stage”. The newspaper adds that it would mean having to find a new base for the Trident fleet, currently located in Scotland. The SNP has already said that it would remove it, and that it would prevent Scottish troops taking part in any future illegal wars. On their website, the independence advocates explains that “Scotland would continue to have a conventional military defence that would work alongside English forces in the mutual defence of the British Isles”.

But what British leaders fear the most is that other areas follow the Scottish example if it is a success. « It could hasten calls for Wales or Northern Ireland to seek self-determination of their own. » And what would bethe United Kingdom without Scotland, Northern Ireland and Wales? Just England.

Fabien Jannic

«L’Europe à encore beaucoup à apprendre au Brésil»

Julianna Villa Verde est une étudiante brésilienne de 19 ans qui vient de passer deux mois en France. En ces temps de crise économique elle revient sur son expérience dans la capitale, et sur ce qui fait encore rêver en France.

Fabien Jannic : D’où viens tu ?
Julianna Villa Verde : Je viens de Curitiba, une ville du sud du Brésil riche et moderne. Je suis étudiante en relations internationales et en lettres Françaises. C’est d’ailleurs l’une des raisons de ma venue en France, parce que pour un étudiant au Brésil c’est bien de parler parler Français.

Pourquoi avoir choisi de venir en France ?
Au Brésil, si je suis capable de parler Français et si j’ai une expérience à l’étranger, alors j’ai beaucoup plus de chance d’obtenir un bon job. Et puis j’aime beaucoup la littérature française et je suis vraiment intéressée par le pays. Mais mon voyage en France n’est pas que professionnel, c’est avant tout quelque chose que je voulais faire pour moi même.

Quand a débuté ton intérêt pour la France ?
Mon intérêt pour le français a commencé lors d’un séjour en Italie. À ce moment là je voyais encore l’Europe comme quelque chose de parfait. J’étais très jeune et j’ai commencer à rêver à faire des études dans l’Hexagone.

A quoi t’attendais-tu avant d’arriver à Paris ?
J’était déjà venue il y a 5 ans. Et depuis j’ai été obsédée par la ville, les gens m’ont paru beaux et organisés. J’étais impressionnée de voir tout fonctionner correctement au contraire du Brésil. J’avais cette idée que Paris était moderne, et qu’il y avait tout. Et c’est le cas, mais depuis que je suis ici je peux aussi voir les mauvais côtés. Ce n’est pas simple de vivre ici.

En quoi es-tu déçue par la France ?
Je suis déçue par le fait qu’il faut avoir de l’argent. Sinon il faut travailler énormément et du coup on a pas le temps d’en profiter. Tout est tellement cher ici. Ce n’est vraiment pas simple de louer un appartement quand l’on est étudiant. Paris est très capitaliste et il faut travailler dur pour y vivre.

 Tu penses toujours que tout fonctionne ici ?
Non, vous avez aussi des problèmes. Il y a des SDF, quand je suis venu la première fois je n’en avais pas vu autant. Ça me rappelle ma ville au Brésil.  Et puis je trouve les Parisiens très durs. Heureusement que Paris est pleine d’immigrants, parce que s’il y avait juste des parisiens je n’aurais pas d’amis. Je ne les trouve pas fermés mais un peu étranges et inaccessibles. Au fond, c’est surtout à cause du travail que je suis limitée, ce n’est pas directement lié à Paris.

Es-tu quand même heureuse d’avoir passé deux mois à Paris ?
Oui, Paris a tellement à donner d’un point de vue culturel. Je ne suis pas déçue de ce côté la. Certes, il y a tellement de touristes que parfois c’est un peu frustrant. Deux mois ne sont pas assez pour voir la partie française. Cette partie là est incroyable. J’espère que je reviendrais.

On pourrait se demander d’ou vient ton envie de venir ici, alors que le Brésil est vu par beaucoup comme un pays plein d’avenir.
Certes le Brésil est un grand pays et l’économie se porte bien. On est fier, mais ce n’est pas assez pour nous, l’Europe à encore beaucoup à nous apprendre, particulièrement au travers de son histoire. Nous sommes tellement jeunes, nous n’avons pas fini de grandir. Au Brésil, il n’y a pas de garanties de l’emploi ou d’aides pour les étudiants. Ici je suis quand même surprise que tout fonctionne aussi bien.

 Que penses-tu de l’Union Européenne ?
L’Amérique du Sud à beaucoup à en apprendre. Au niveau économique, c’est ce que nous essayons de faire avec le MERCOSUR. En Amérique du Sud, nous avons beaucoup de points communs, mais culturellement c’est plus compliqué qu’en Europe. Surtout au Brésil, vu que nous sommes les seuls à parler portugais sur le continent. Nous partageons la même histoire mais nous ne sommes pas unis et très compétitifs

Les transports publics, France ou Brésil ?
La France, parce que vous avez des trains ! On en a pas au Brésil et nos autoroutes sont horribles et dangereuses. Et dans les villes c’est pire. Je suis chanceuse parce que ça fonctionne chez moi mais ce n’est pas le cas partout.

La météo ?
Aussi en France, parce qu’il y a de tout ici. Du chaud, des plages et du froid quand vous êtes fatigués de la chaleur. Au Brésil tout est beaucoup trop humide.

Les habitants ?
Brésil ! La chaleur des gens me manque. Là-bas, les gens sont intéressés et veulent vous connaitre. Les Français sont gentils, mais il faut du temps pour les connaitre.

La mode ?
En France, avec les soldes tout est vraiment accessible. On peu très bien s’habiller pour pas cher.

Nicolas Sarkozy ou Dilma Rousseff, la présidente du Brésil ?
Sans hésitation, ma présidente. Elle travaille bien, je suis satisfaite, elle a de bons projets. Sarkozy est vieux jeux et ne sait pas comment se comporter avec les autres pays.

Fabien Jannic

En attendant le Petit Journal…

Depuis la rentrée l’émission d’infotainment de Canal + s’est émancipée du Grand Journal, sans convaincre de la validité de son nouveau format. Immersion avec  les spectateurs d’un soir et récit d’un bref moment télé. Et de beaucoup d’attente. 

 «Merci d’être venus, on espère vous revoir bientôt.» Un sticker en cadeau et voilà, le Petit Journal de Canal + est déjà terminé. «C’était très court» remarque un spectateur en passant la porte de sortie. Enregistrée dans les conditions du direct quelques heures avant sa diffusion, l’émission dure seulement 20 minutes. Entre temps il y a eu de l’attente, beaucoup d’attente.

 Fraise Tagada. Le rendez-vous était pris avec certain Baptiste pour 17h15. À peine arrivé dans les studios de la chaîne cryptée situés dans le 15ème arrondissement de Paris, il faut se placer au bout d’une file. Certains habitués jouent les blasés en expliquant aux petits nouveaux «Que non, cette queue là c’est celle du Petit Journal, pas du Grand». 30 minutes plus tard, les derniers arrivés pénètrent enfin dans un couloir anonyme. Après un contrôle d’identité obligatoire «parce que nous sommes dans les locaux du Ministère de la Justice», c’est l’heure de se délester des manteaux, sacs et autres téléphones au vestiaire.

Un escalier, un couloir dont les murs sont remplis de câbles et enfin c’est le plateau. Et puis non, il s’agit juste d’une sorte de salle sans fenêtre dans laquelle piétinent les spectateurs. Une stagiaire sert des verres de coca cola chaud dans le fond, pendant que deux quinquagénaires se battent pour savoir qui aura la dernière fraise Tagada. Le monde de la télé est impitoyable. Dix minutes passent, les plus impatients se pressent près de la porte, le reste jauge la compétition. Tout ceux qui sont familiers du Petit Journal, le must est d’être placés derrière Yann Barthès, l’animateur. Sur la centaine de personnes présentent, seuls 20 chanceux pourront s’admirer à loisir sur le site internet de la chaîne cryptée.

Gradins. «Mesdames et Messieurs, vous allez pouvoir pénétrer sur le plateau». Tous se pressent vers la sortie pour retourner vers le couloir. Certains sont déçus, «C’est quand même beaucoup plus petit en vrai» soupire un jeune homme. Deux assistants sont postés à l’entrée et trient les participants. Derrière Yann Barthès et encadrés par deux énormes globes terrestres rouges, seulement des moins de 25 ans et presque uniquement des filles. Vieillards, hommes et femmes de plus de 30 ans, personnes en surpoids, tout le monde est logé à la même enseigne : les gradins. A la clef, inconfort et certitude de ne pas passer plus d’une seconde à l’écran. Certains rouspètent : «C’est injuste, j’avais pourtant mis ma plus belle chemise ». «On sourit !» crie le chauffeur de salle. Bienvenue dans le merveilleux monde de la télévision.

 «Trois ! Deux ! À toi Yann !». C’est parti pour 20 minutes d’émission. Depuis que le Petit Journal s’est séparé du Grand Journal en début d’année les critiques sont acides. Sketches ratés, reportages bâclés… Et le programme du soir ne déroge pas à la règle ; François Hollande en déplacement dans les Antilles et une séquence détective à la recherche du QG de campagne de Nicolas Sarkozy. Là encore, le temps est long; des gradins, il est impossible de voir l’écran. Dommage. Yann Barthès à juste le temps de faire un signe de la main au public et il faut déjà vider le plateau. Les spectateurs repartent avec l’impression d’avoir perdu deux heures de leur vie. «Tout ça pour ça» résume une femme en jetant son sitcker dans une poubelle.

Fabien Jannic

Top 10 des meilleurs albums de 2011

1. Friendly Fires – Pala
2. Metronomy – The English Riviera
3. Lykke Li – Wounded Rhymes
4. Cut Copy – Zonoscope
5. Yelle – Safari Disco Club
6. Beth Ditto – EP
7. Foster The People – Torches
8. The Drums – Portamento
9. Peter Bjorn And John – Gimme Some
10. Le Corps Mince De Françoise – Love & Nature

Comme une grande

PORTRAIT. Du haut de ses 22 ans, Charlotte Henry impressionne. Militante, stagiaire et étudiante, plus active qu’un actif, elle est le symbole d’une génération terrifiée par le monde du travail.

Frange blonde et lunettes rouges. Ce n’est pas Eva Joly qui est assise à la terrasse d’un café parisien du 7ème arrondissement mais une jeune socialiste. Cigarette au chocolat dans une main, tasse de thé dans une autre, Charlotte Henry n’est pas encore tout à fait prête à se livrer. Emmitouflée dans son manteau en laine rouge, la jolie jeune fille de 22 ans jette des coups d’oeil régulier à son portable. C’est qu’après elle doit enchaîner avec une réunion de militants et ensuite travailler un peu sur ces cours. Et ce soir, dormir. «Enfin peut être» sourit-elle.

Motivation. Étudiante en Info-Com à Paris 2, Charlotte Henry est infatigable. Militante active du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) et stagiaire à Eau de Paris le reste du temps, elle est, comme beaucoup de gens de sa génération, sur tous les fronts. «Le MJS est devenu une passion» explique-t-elle «ça me prend une très grosse partie de mon temps». Adossée contre sa chaise, elle parle avec timidité et s’arrête souvent pour laisser un large sourire illuminer son visage. Une semaine type dans la vie de Charlotte Henry cela donne donc : des réunions et des commissions sur l’éducation, son sujet fétiche, à n’en plus finir, son stage de chargé de com et puis «les cours, autant que je peux, mais je dois avouer que je perds peu à peu la motivation».

Elle décrit la vie qu’elle mène depuis son arrivée à Paris en 2010 comme «totalement différente de celle d’avant». Avec un père sous-préfet, petite elle a souvent changé de ville. Elle se fixe définitivement à Agen quand ses parents divorcent en 1997. S’ensuit une adolescence sans problème. Et puis c’est son 18ème anniversaire, la mort de son beau-père, le remariage de sa mère et son départ pour Bordeaux. «Ça a été une période très noire de ma vie» raconte-t-elle en allumant une nouvelle cigarette «Je me suis fermée totalement et j’ai décidé d’arrêter de manger». Elle évoque un épisode qui l’a marqué à jamais mais indique «aller beaucoup mieux». «À Paris j’ai beaucoup grossi» souligne-t-elle à moitié sérieuse «tout a changé, je suis beaucoup moins angoissée maintenant»

Valise. D’abord la politique donc. Contrairement à d’autres, l’engagement de Charlotte n’est pas vraiment une surprise. «Ce qui est étonnant c’est comment j’ai pu y échapper aussi longtemps» rigole-t-elle d’un sourire franc. Papa haut-fonctionnaire, Maman engagée dans la politique locale et en route pour la mairie d’Agen. Tous les deux sont encartés au Parti Socialiste. «Il y avait un autocollant de Lionel Jospin dans les toilettes de mon grand-père» se souvient-elle «pendant longtemps j’ai cru que c’était l’identité secrète du père Noël». Elle a longtemps rejeté la politique «par manque d’intérêt et par incompréhension»Et puis en 2007, elle commence à militer pour Ségolène Royal. et un an plus tard elle s’engage au MJS Bordeaux sans s’investir. En 2010 elle fait de même à Paris. C’est l’enchainement et la voilà, presque immédiatement, à la tête de la commission éducation du MJS Parisien.

Quand Charlotte a débarquée sur le quai de la Gare Montparnasse, elle pensait encore que plus tard elle serait journaliste. Mais la valise remplie de rêves de journalisme culturel a eu le temps de se vider en un an. «Je me suis vite rendu compte que le métier était extrêmement sélectif et élitiste» soupire-t-elle «je me suis réorienté dans la communication parce que c’est beaucoup plus large. En fait je ne sais pas encore vraiment ce que je veux faire». La jeune fille est pourtant en stage depuis septembre à Eau de Paris, la régie de l’eau de la capitale. «Ça me plait mais ce que j’aimerais vraiment faire c’est de la communication politique» affirme-t-elle en secouant sa mèche blonde avant d’ajouter qu’elle postulera l’année prochaine au CELSA, une prestigieuse école de communication Parisienne.

Active. Enchainer une deuxième année de master par un autre master ? Elle fait partie de cette génération terrifiée par le monde du travail, qui ne se voit pas se lancer tout de suite et qui resterait bien dans le cocon protecteur des études. «Je suis encore jeune» se justifie-t-elle «les gens qui sont avec moi en cours ont tous entre 23 et 26 ans». C’est que la jeune fille se considère encore comme une enfant, et qu’elle appelle les adultes, ceux qui travaillent, les grands. Pourtant, plus active qu’un actif elle fait bien plus que les 35 heures réglementaires. Il ne lui reste plus qu’à se rendre compte qu’elle est déjà grande.

Fabien Jannic